Monuments virtuels et patrimoines numérisés, quelle représentation du temps ?

Publicité pour le lancement du projet trans-média de Dassault systèmes sur la restitution infographique de Paris publiée en 2012.
Publicité pour le lancement du projet trans-média de Dassault systèmes sur Paris 3D publiée en 2012.

Poursuivant ma réflexion sur le concept d’uchronie, une investigation sur les représentations iconiques du temps apparaît comme une évidence. Loin de nous toutefois l’idée de vouloir interroger la représentation du temps sur la longue durée1; il s’agit plus modestement de réfléchir à comment les dispositifs numériques qui re-documentent le patrimoine documentaire ou monumental mettent-ils en scène le temps, ce concept si complexe à définir et à cerner ? Ce questionnement est naît d’une des particularités de la plate-forme Omeka, dispositif hybride de gestion documentaire et de valorisation patrimoniale de ressources numériques, qui propose aux usagers une consultation chronologique des archives organisées et présentées grâce au plugin « Neatline Time ». Comme le souligne la traduction française de la plate-forme, il s’agit là d’offrir à l’internaute la possibilité de « feuilleter » une ou des chronologies élaborées à partir d’un corpus et qui peut croiser des thématiques, des supports, etc. Or, cette organisation inédite d’un fonds documentaire amène-t-elle à poser sur ce même fonds des réflexions inédites ? Cette question, relevant in fine des transformations à l’oeuvre au sein des Humanités digitales, nous autorise à dépasser la seule question de l’organisation pour atteindre celle de la circulation, voire de la réception, de ce patrimoine numérique. Ainsi Dominique Bouillier et Maxime Crepel ont montré à quel point le nuage de tags, forme graphique propre à la culture du web, apparaissait aujourd’hui comme un système d’exploration faisant naître des connaissances nouvelles2.

Exemple de "ligne du temps" proposée par Omeka. Capture écran du site  SiteWorks : San Francisco performance 1969-85 faite le 31 octobre 2014.
Exemple de « ligne du temps » proposée par Omeka. Capture écran du site SiteWorks : San Francisco performance 1969-85 faite le 31 octobre 2014.

La ligne du temps est en effet un système de mise en espace (topos) du temps (chronos) propre à notre raison graphique, pour reprendre les termes de Jack Goody3 ; enfants, nous avons tous été confrontés à cette figuration horizontale des grands événements historiques qui se matérialisaient ainsi sur les murs de nos salles de cours. Or, dans ce contexte de re-documentation numérique et de consultation en ligne du patrimoine, cette forme graphique assure ici le rôle d’une gestion documentaire horizontale qui peut donner à voir, et donc à lire, différemment une oeuvre journalistique, romanesque ou artistique, une production scientifique ou photographique, une correspondance, etc. Pour autant, cette fonctionnalité n’est que très peu exploitée par les utilisateurs d’Omeka qui lui préfère nettement le plugin « Geolocation »4 qui ménage pour sa part un accès géographique aux documents, en fonction de leur contenu, de leur lieu de production ou de leur sujet. Pourquoi donc semble-t-il si difficile pour des professionnels du document d’investir la matérialité chronologique de celui-ci5 alors que sa matérialité géographique, qui est de l’ordre de l’informationnel, semble allait de soit ? Le document n’est -il pas en effet un présent qui récupère du passé pour le transmettre au futur ?

Mise en espace de l'évolution culturelle et chronologique de la préhistoire en Bretagne, exposition permanente du Musée des Champs Libres de Rennes. Cliché de l'auteur fait le 04 octobre octobre 2014.
Mise en espace de l’évolution culturelle et chronologique de la préhistoire en Bretagne, exposition permanente du Musée des Champs Libres de Rennes. Cliché de l’auteur fait le 04 octobre 2014.

Dans les musées d’Histoire, par exemple, où les experts du patrimoine se servent d’artefacts techniques ou artistiques comme documents porteurs d’informations historiques, cette mise en scène du temps est le plus souvent régit par la logique spatiale de l’exposition qui implique le déplacement du visiteur. Si cette succession chronologique est là aussi linéaire, certaines représentations de monuments virtuels empruntent quant à elles à l’archéologie sa vision verticale du temps.

Interface de consultation permettant d'accéder aux restitutions infographiques temps réel de Paris 3D. Capture écran du site Paris 3D faite le 31 octobre 2014.
Interface de consultation permettant d’accéder aux restitutions infographiques temps réel de Paris 3D. Capture écran du site Paris 3D faite le 31 octobre 2014.

Ainsi, l’interface de consultation « Paris 3D » offre un accès aux restitutions infographiques des monuments parisiens observables en temps réel grâce à une chronologie verticale qui fonctionne comme une métaphore de la stratigraphie archéologique. Cette mise en espace du temps condense la chronologie qui se matérialise dans la représentation de ces monuments virtuels. Ceux-ci se recouvrent les uns les autres dans une sorte de chaos qui est en définitive celui de leur histoire et de leur construction. Certains même se dédoublent, comme le Louvre qui est visitable sous ses formes « Philippe-Auguste » et « Charles V », formes qui se superposent l’une l’autre sans toutefois complètement se fondre l’une dans l’autre. Les monuments historiques de Paris, d’abord témoins spécifiques documentant le passé de la cité, ancrés dans un territoire et une topographie urbaine, se transforment ici en monuments documentaires, signes ordinaires et triviaux d’une chronologie monumentale qui, paradoxalement, propose une vision plus historique qu’architecturale de la capitale. Alors que pour le patrimoine documentaire, la matérialité chronologique du document semble occultée, la matérialité physique du monument paraît quant à elle détournée au profit d’une gestion chronologique de l’espace. Dans les deux cas cependant, il semble que ces dispositifs de re-documentation patrimoniale, qui cherchent par ces dispositions graphiques à favoriser l’accès à un savoir info-communicationnel, travestissent la chronologie en la condensant afin de rendre perceptible, via l’écran, les couches successives du temps. Par là même, ces agencements spatialisés de la page-écran agissent comme des objets communicationnels, mélanges de social et de langage, qui conditionnent la relation à l’internaute et influencent inévitablement l’appropriation de ce patrimoine numérique.

Pour citer cet article : Jessica Fèvres - de Bideran, "Monuments virtuels et patrimoines numérisés, quelle représentation du temps ?," in L'âge du Virtuel, 31/10/2014, http://lageduvirtuel.hypotheses.org/1039.
  1. Pour le Moyen Age par exemple, on pourra consulter ce billet. []
  2. Dominique Boullier et Maxime Crepel, 2009, La raison du nuage de tags : format graphique pour le régime de l’exploration ?, Communication & langages (160), 111-125. []
  3. Jack Goody, 1979, La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris : Minuit, 274 p. []
  4. Ainsi sur 42 projets répertoriés sur le site Omeka, 32 utilisent le plugin « Geolocation » contre seulement 6 pour le « Neatline Time ». []
  5. Le document est en effet avant tout un support physique – ce qui est même le cas des documents numériques qui ont une existence physique au sein de programmes informatiques – qui véhicule certes de l’information mais qui dispose également d’une matérialité mesurable et datable. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

5 réflexions au sujet de « Monuments virtuels et patrimoines numérisés, quelle représentation du temps ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *