Réalité augmentée et diorama, évolution et permanence de dispositifs illusionnistes

Visiteurs utilisant un dispositif de réalité augmentée dans le cabinet de travail de Charles V. Château de Vincennes,  châtelet, 2009. Crédits CMN, CNRS, AGP, Axyz.

Hier virtuelle, la réalité se doit désormais d’être augmentée…  Cette technique de visualisation, qui consiste à superposer en temps réel sur un flux vidéo une image en deux ou trois dimensions, a ainsi récemment été exploitée dans des dispositifs de médiation du patrimoine monumental se proposant d’évoquer des états passés de monuments historiques. Un exemple intéressant a en particulier fait l’objet de quelques publications et permet d’ores et déjà d’interroger les spécificités de cet outil1.

Depuis 2007, le laboratoire CNRS/MCC MAP-Gamsau (Modèles et simulations pour l’Architecture, le Paysage et l’urbanisme) poursuit en effet des recherches sur cette technique2 en l’expérimentant notamment sur l’église conventuelle de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon. Aurélie Favre-Brun3 précise notamment qu' »un premier dispositif de visualisation 3D temps réel est accessible au public à la chartreuse. Il s’agit d’une hybridation réel/virtuel, c’est-à-dire de la superposition d’une image virtuelle sur une photographie de l’état actuel »4. Et l’auteure de poursuivre : « la maquette numérique hypothétique a été intégrée dans un spectacle multimédia – Genius Loci -, crée par trois laboratoires et présenté en juillet 2011 lors des 38e Rencontres d’été de la chartreuse. Il s’agit d’une installation de réalité augmentée à l’échelle 1 projetant des images anamorphiques de la maquette 3D sur les murs de l’église. »

Chœur de l’église de la Chartreuse de  Villeneuve-lez-Avignon. Superposition d’une image de synthèse de l’église dans son état post-révolutionnaire sur une photographie de l’état actuel. Genius Loci, projection à l’échelle 1 de l’état  passé et hypothétique de l’église. Image : MAP-Gamsau.

Le terme d’hybridation exploité ici est intéressant à plus d’un titre car réel et virtuel ou passé et présent ne sont pas les seuls concepts à s’entrecroiser dans ces dispositifs à la fois techniques et scéniques. Le premier constat est que ces derniers n’en finissent pas de confirmer la fusion entre monument et document pressentie par Louise Merzeau5 et conceptualisée par Patrick Fraysse6 ;  la copie virtuelle acquiert implicitement le statut du monument et la fonction de mémoire ou d’enseignement est désormais dévolue à ce double numérique qui, lui-même, va entrer dans un processus de patrimonialisation. Mais si ces nouvelles formes de médiation du patrimoine mélangent ces deux régimes de traces, elle font aussi se rejoindre culture scientifique et culture médiatique selon une tendance générale de notre univers visuel qui se caractérise ici par l’immersion du visiteur dans le monument virtuel. Il s’agit de « captiver » ce dernier, de le faire pénétrer totalement dans l’Histoire, dans « un temps et un lieu particuliers »7. Sans occulter les bases scientifiques sur lesquelles est construite cette expérimentation, il est clair que cette dernière s’inscrit dans une logique de sensibilisation et de fictionnalisation du patrimoine monumental dont l’origine remonte au moins au XIXe siècle8. Comment en effet ne pas penser au diorama de Louis Daguerre créé pour l’église de Bry-sur-Marne en 1842 et actuellement en cours de restauration9 ?

Chœur d’une église gothique par Louis Daguerre, 1842. Diorama (en cours de restauration). Huile sur toile, 513 x 597 cm. Bry-sur-Marne, église. Photo : Didier Rykner.

Procédé de peinture en trompe l’oeil mis au point en 1822, le diorama repose sur l’idée de l’illusion et, tout comme le projet Genius Loci10, exploite une scénographie théâtrale pour atteindre la sensibilité du spectateur : « Avec les fantasmagories, les « théâtres d’ombres » d’Henri Rivière présentés au célèbre Chat Noir de Montmartre et les autres lanternes magiques, les dioramas constituent des spectacles populaires animés, avant l’invention des projections du cinématographe. »11 Si nouveauté il y a, elle réside donc essentiellement dans l’exploitation par les acteurs du patrimoine des notions telles que la fiction, l’immersion et la sensibilisation, autant de codes qui appartiennent à l’origine au monde du divertissement. Objet muséographique et patrimonial intentionnellement ludique et pédagogique, cette création ouvre en définitive de nombreux questionnements sur l’avenir de la représentation du passé dans une société de plus en plus aux prises avec les industries culturelles…

  1. Favre-Brun, Aurélie, De Luca, Livio et Hartmann-Virnich, Andreas. (2011) : « De l’acquisition 3D à la réalité augmentée : le cas de la chartreuse pontificale de Villeneuve-lez-Avignon (Gard) », dans Christian Père, & Juliette Rollier (éd.), Actes du colloque Arch-I-Tech 2010, Archéovision n° 5, Bordeaux, éd. Ausonius, pp. 109-117. []
  2. Dans le cadre du programme national de numérisation du patrimoine 3DMonuments http://www.map.archi.fr/3D-monuments/ []
  3. Doctorante laboratoire CNRS/MCC MAP-Gamsau (Modèles et simulations pour l’Architecture, le Paysage et l’urbanisme), laboratoire UMR CNRS/Université de Provence 5572 LAMM (Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne. []
  4. http://www.infos-patrimoinespaca.org/index.php?menu=9&num_article=228&num_page=4 []
  5. http://www.mediologie.org/collection/07_monuments/merzeau.pdf []
  6. Fraysse, Patrick. (2006) : Le patrimoine monumental en images : des médiations informationnelles à la conversion monumentaire des documents, Université de Toulouse Le Mirail : thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication. []
  7. Belaën, Florence. (2005) : « L’immersion dans les musées de science : médiation ou séduction ? », Culture & Musées, n°5, pp. 91-110. []
  8. On pourrait à vrai dire faire remonter ce dispositif à des temps plus anciens où la technique du trompe l’oeil était alors l’apanage des artistes comme la célèbre peinture murale de la Cène réalisée par Léonard de Vinci à l’extrême fin du XVe siècle dans le réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan []
  9. http://www.latribunedelart.com/la-renaissance-du-diorama-de-louis-daguerre-a-bry-sur-marne-article002574.html []
  10. Celui-ci regroupe trois équipes : l’équipe Gamsau du MAP, le laboratoire LIMSI (équipe Vida) et le laboratoire Victor Vérité qui réalise une scénographie culturelle et sensorielle. []
  11. Montpetit, Raymond. (1996) : « Une logique d’exposition populaire : les images de la muséographie analogique », Publics et Musées, n°9, p. 63. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

2 réflexions au sujet de « Réalité augmentée et diorama, évolution et permanence de dispositifs illusionnistes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *