Les monuments virtuels en ligne, entre médiation documentaire et interprétation patrimoniale

6 décembre 2012
Par
Restitution de l’île et du phare de Cordouan en 1611. Dassault Systèmes/Emissive. © Ministère de la Culture et de la Communication/Ministère de l’Ecologie.

Restitution de l’île et du phare de Cordouan en 1611. Dassault Systèmes/Emissive. © Ministère de la Culture et de la Communication/Ministère de l’Ecologie.

Depuis le jeudi 22 novembre, une nouvelle visite virtuelle réalisée sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication est en ligne. Celle-ci concerne le site de Cordouan. Les restitutions infographiques et la production 3D ont été conçues par Dassault Systèmes dans le cadre des missions de Mécénat technologique que cette société met en oeuvre depuis plusieurs années.
La longueur des crédits répertoriés sur le site Internet atteste du sérieux de ce travail qui a réuni de multiples acteurs, institutionnels comme privés. De nombreuses sources historiques et icono-cartographiques ont en effet été réunies afin d’être numérisées, analysées puis exploitées pour notamment proposer une restitution architecturale du phare de Cordouan en 1611.

Les rendus atmosphériques et les textures des modèles 3D, particulièrement “léchés”, appartiennent à ce style graphique caractéristique des images de synthèse et autres  environnements virtuels, le photo-réalisme. Privilégiant un style réaliste et analogique, cette création offre de fait une vision plus intégrale que le dessin traditionnel, fut-il en perspective, de cet édifice historique majeur. L’objectif pédagogique est en effet double : restituer en image l’histoire architecturale du monument et documenter la longue histoire de ce site naturel et monumental par l’image. Histoire et représentations sont accessibles via l’architecture et le déploiement à travers le monument (fig.1) ou, de manière plus traditionnelle, via une série de chapitres répertoriant les grands moments du site de Cordouan (fig.2). Ce double accès permet à l’utilisateur de privilégier, selon ces attentes ou ces préférences, la lecture historique ou l’exploration architecturale, tout en croisant intimement ces deux formes de récits et de représentations.

Visite virtuelle du phare de Cordouan en 2012 permettant d’accéder aux textes de présentation, aux sources historiques et aux restitutions infographiques.

Le monument virtuel, une synthèse documentaire

Comme le souligne Karine Guilbert, Experiential Marketing Senior chez Dassault Systèmes, dans son entretien publié par le site Culture.fr, le modèle tridimensionnel du phare de Cordouan a effectivement été construit à partir d’un vaste corpus documentaire. Le monument virtuel sert donc ici de laboratoire où prennent des tests infographiques permettant d’éprouver la fiabilité des propositions historiques formulées. Comme dans toute restitution infographique, la pensée, extériorisée et partagée entre chercheurs et infographistes grâce à l’écran d’ordinateur, est simulée sur et par le monument virtuel qui se transforme en une structure de dialogue collaborative, informelle et interactive. Le modèle tridimensionnel est alors assimilable à une image-objet et plus précisément une image-outil, hybride de simulation, de mimésis et de manipulation qui s’apparente à une vision tactile. En d’autres termes, la compilation documentaire préalable à toute modélisation tridimensionnelle patrimoniale ne fait pas seulement du monument virtuel un énième document appartenant à l’historiographie du site, mais, de manière plus complexe, transforme celui-ci en un monument-synthèse qui propose une vision synthétique des connaissances.

Chapitres permettant d’accéder aux textes de présentation, aux sources historiques et aux restitutions infographiques.

Mais ici le monument virtuel ne fait pas que synthétiser les connaissances ; il les organise et propose une forme de médiation documentaire des sources historiques reprenant le principe des bases de données cartographiques, tels que les Système d’Information Géographique (SIG), généralement créées par et pour les chercheurs. Jouant sur l’interactivité permise par la machine informatique, la création d’hypertextes permet ainsi d’utiliser un modèle tridimensionnel pour constituer une base de données au moyen d’un système de gestion dynamique de liens précisément localisés sur l’architecture numérique. Le phare de Cordouan virtuel est donc transformé en un outil de consultation qui permet d’accéder à des sources historiques à partir de points précis et définis au préalable. Permettant l’identification, le recensement, l’analyse, l’indexation et l’accès aux ressources, cet espace organise la médiation documentaire des connaissances patrimoniales, créant ainsi une sorte d’hyper-monument. Ici comme ailleurs, “les outils informatisés concourent à une technicisation de l’acte de communication […] et la pratique intègre les principes de rationalité, d’ordre et de cohérence de la technique qui façonnent des modes de faire et des comportements nouveaux1. Enfin, cette médiation documentaire est également éditoriale puisqu’elle propose de nouvelles formes de publications scientifiques tournées tant vers les publics avertis que vers les néophytes.

Le monument virtuel, un exercice d’interprétation patrimoniale

Pour autant, et bien que l’accessibilité aux ressources et autres références historiques soit profondément simple et intuitive, la lecture de ces dernières exige des années d’études permettant de forger le chercheur à l’exercice de l’interprétation. Si la consultation des documents iconographiques anciens est facilitée par la grande qualité de la numérisation, permettant de zoomer et d’observer très finement ces données, donner à voir les sources du travail scientifique n’est pas nécessairement donner à voir le raisonnement mis en oeuvre dans la phase de restitution. La navigation à l’intérieur du site et de cet environnement virtuel est effectivement servie par une structure claire et transparente, mais la restitution infographique est, quant à elle, plus complexe à lire qu’il n’y paraît. L’incertitude en particulier concernant l’existence des statues en façade et les choix retenus montrent qu’in fine, cette figuration est bien avant tout une image d’une image matricielle forgée par les multiples reproductions de la première représentation “médiatique” du phare par Chastillon en 1641. Le traitement et la présentation successive des sources et de la restitution 3D sont en ce sens éclairants. Le site ne permet pas en effet une confrontation de ces deux types de représentations architecturales mais, au contraire, offre une lecture progressive ; la restitution en image de synthèse est ainsi visible après consultation et exploration des données historiques. L’usager est finalement fortement accompagné dans son appréhension et, tout comme lorsqu’il suit une visite guidée à l’intérieur d’un vrai monument, il suit ici un cheminement dans sa découverte du monument virtuel, selon les modules pédagogiques scénarisés par les créateurs du site2. La consultation des ces images propose donc une logique : l’exploration attentive des sources aboutit à l’acquisition, en quelque sorte, de la restitution infographique, résultat d’une interprétation patrimoniale.

Visualisation progressive des différentes figurations du phare de Cordouan à la Renaissance : sources et restitution 3D. Ces représentations ne peuvent pas être comparées en cours de navigation.

Les documents historiques, témoins directs du passé, ont ici un rôle documentaire en tant qu’ils sont porteurs d’informations exploitées dans le cadre de la restitution architecturale. Dès lors, l’effet de réel mis en oeuvre dans le rendu graphique ne concourt-il pas à proposer au visiteur un état antérieur du monument historique supposé plus fidèle au passé que le monument réel qui, lui, est le résultat des phases de constructions-déconstructions successives3? Cette réalisation ouvre en définitive de multiples questions sur les régimes de fiction que proposent, en général, ces monuments virtuels qui circulent au sein de l’espace public… Monument-synthèse et hyper-monument ne constitueraient-ils pas dans ce cas des typologies de documents-virtuels “émanant” des monuments vrais, c’est-à-dire des vestiges historiques ?

Dans tous les cas, le monument virtuel, en permettant la compilation et la gestion des références historiques, se présente d’abord comme un outil légitime de médiation documentaire ; il dessine dans le même temps de nouvelles expériences de médiations éditoriales des sites historiques. Cette médiation plurielle illustre la convergence des outils et pratiques, phénomène caractéristique des technologies numériques.

  1. Joüet, Josiane. (1997). “Pratiques de communication et figures de la médiation. Des médias de masse aux technologies de l’information et de la communication”. Sociologie de la communication (1), p. 296. []
  2. Sauf dans le cas de la visite virtuelle immersive en temps réel qui, pour sa part, plonge directement l’utilisateur dans un autre temps et un autre lieu : celle-ci est cependant présentée comme une expérience supplémentaire qui peut être  vécue indépendamment de l’observation méthodique des modules historiques et architecturaux. []
  3. C’est en tout cas ce que laissent supposer ces propos de Karine Guilbert : “Reconstituer en 3D dans sa version d’origine le premier phare classé monument historique il y a plus de 150 était un défi symbolique que nous avons souhaité relever à travers ce projet.“ []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Note

20 commentaires pour “ Les monuments virtuels en ligne, entre médiation documentaire et interprétation patrimoniale ”

  1. [...] Depuis le jeudi 22 novembre, une nouvelle visite virtuelle réalisée sous l'égide du Ministère de la Culture et de la…  [...]

  2. [...] Depuis le jeudi 22 novembre, une nouvelle visite virtuelle réalisée sous l'égide du Ministère de la Culture et de la…  [...]

  3. [...] Privilégiant un style réaliste et analogique, cette création offre de fait une vision plus intégrale que le dessin traditionnel, fut-il en perspective, de cet édifice historique majeur.  [...]

  4. [...] . Les monuments virtuels en ligne, entre médiation documentaire et interprétation patrimoniale | L&r… [...]

  5. [...] 06/12/2012 Depuis le jeudi 22 novembre, une nouvelle visite virtuelle réalisée sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication est en ligne. Celle-ci concerne le site de Cordouan. Les restitutions infographiques et la production 3D ont été conçues par Dassault Systèmes dans le cadre des missions de Mécénat technologique que cette société met en oeuvre depuis plusieurs année.  [...]

  6. [...] 06/12/2012 Depuis le jeudi 22 novembre, une nouvelle visite virtuelle réalisée sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication est en ligne. Celle-ci concerne le site de Cordouan. Les restitutions infographiques et la production 3D ont été conçues par Dassault Systèmes dans le cadre des missions de Mécénat technologique que cette société met en oeuvre depuis plusieurs année.  [...]

  7. Infos culturelles | Pearltrees le 09/12/2012 à 16:23

    [...] [...]

Laisser un commentaire

Calendrier

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Revivre le passé

Dossiers_d'archéo_Couv

La restitution de monuments et sites archéologique, Dossiers d\'Archéologie, N° 361 - Janvier/Février 2014.

Les images du monument

Images-monument-renaissance-jours

Sous la dir. de Claude Massu et d\'Etienne Jollet (2012).

Les mises en scène du patrimoine

mises-en-scenes-patrimoine

Par Émilie Flon (2012).

Les territoires saisis par le virtuel

Couverture-Rodionoff

Par Anolga Rodionoff (2012).


Carnets de recherche