L’histoire, un réservoir d’image

Les voyages d'Alix, T.24 : Lutèce, de Jacques Martin et Vincenzo d'Aprile, éd. Casterman, 2006.

Tout au long du mois d’avril France 5 a diffusé une série de documentaires inspirée du livre de Lorant Deutsch, Métronome1, qui propose de visiter Paris et son histoire à travers les stations de métro de la capitale. La campagne de publicité bat son plein… et ne manque pas de signaler la présence de nombreuses « reconstitutions 3D » venant enrichir le propos. Si des débats s’animent ça et là sur la justesse des propositions historiques de l’ouvrage2, c’est plutôt la « nouveauté » de ces images que j’aimerai questionner… Pour aborder ces nouvelles pratiques audiovisuelles, il convient de les replacer dans un contexte médiatique plus large. Malgré la modernité des images de synthèse, celles-ci s’inscrivent en effet dans une tradition qui émerge au XIXe siècle.

L’espace public accueille alors une série d’images qui se proposent de restituer le passé ; celles-ci participent à la mise en place d’une matrice culturelle de représentation3. Le motif médiatique et signifiant de cette matrice est un passé recomposé et mis en scène où le site historique est restitué et peuplé des hommes qui l’ont construit, façonné ou habité. Ce motif trouve bien sûr son origine dans un ensemble de représentations appartenant au XIXe siècle, siècle de l’histoire s’il en est, qui voit donc à la fois se professionnaliser la science historique et se développer de grandes entreprises de vulgarisation.

Restitution d'une boutique du XVe siècle, par Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire Raisonné, 1862. Une boutique médiévale, par René Giffey, Mon premier livre d'Histoire, 1946.

Depuis celle-ci circule d’un média à l’autre et suit l’évolution des techniques graphiques et une rapide recherche permet de repérer quelques représentations de Paris à l’époque antique, de l’aquarelle prisée par Jean-Claude Golvin aux images de synthèse du site « Paris ville antique« .

Lutèce au Ie siècle, aquarelle de Jean-Claude Golvin, Voyage en Gaule romaine, 2002. Capture écran du site "Paris, ville antique", Ministère de la culture, 2003.

Pour autant, les industries culturelles renouvellent forcément cette matrice en créant de nouvelles références iconiques. Ainsi l’évocation du Paris médiéval4, orageux, pour ne pas dire « crasseux », n’est pas sans évoquer l’univers graphique des jeux vidéos « moyenâgeux » qui appartiennent à la culture infographique contemporaine5.

Image de synthèse du jeu vidéo Assassin's Creed, Ubisoft, 2008. Image de synthèse et acteurs, Métronome, Indigènes production, 2012.

Dans cette optique, la contagion patrimoniale et son expansion iconique offrent de nombreux terrains d’étude pour l’historien de l’art qui s’interroge sur sa discipline et sa représentation au sein de l’espace public… et force est de reconnaître que les études sur le médiévalisme sont ici à l’avant-garde6.

 

  1. Docu-fiction de 4 x 52 min, co-production Indigènes-Froggies-Carpo16, auteurs : Lorant Deutsch et Fabrice Hourlier, réalisateur : Fabrice Hourlier. A noter qu’aucun historiens n’est cité dans la campagne publicitaire. []
  2. Rares sont les critiques, tant les médias louent le travail, pourtant plus qu’imprécis et problématique de ces « restitutions » historiques. Cf. toutefois http://www.histoire-pour-tous.fr/actualite/58-television/4067-metronome-l-deutsch-france-5.html []
  3. « … c’est-à-dire « un ensemble de représentations systématiquement articulées entre elles » […] les représentations sont liées à la mémoire d’un groupe, à sa mémoire collective […]. La théorie de la matrice culturelle est reprise et développée par Igor Babou (1999, 2004), qui montre qu’un ensemble de représentations conditionne nécessairement le rapport des médias et des publics à la science qui est l’objet de ces représentations. » SCHALL, Céline. La médiation de l’archéologie à la télévision : la construction d’une relation au passé. Université d’Avignon, Université de Montréal: thèse de doctorat en SIC, sous la dir. de Jean Davallon, Jean-Christophe Vilatte et Bernard Schiele, 2010, p. 46. []
  4. Capture écran du site http://www.mediaunautreregard.com/2012/03/07/metronome-de-lorant-deutsch-serie-exclusif-france-5-en-avril-les-premieres-images/ []
  5. Impression d’ailleurs confirmée par ces propos de Fabrice Hourlier, le réalisateur de la série, publiés par Télérama et dans lesquels il évoque les rendus graphiques de la période médiévale : « Dans cet extrait qui évoque Philippe Auguste et la IIIe Croisade, un passage très sombre de notre histoire, j’ai choisi d’être dans une ambiance lourde, avec un rendu fin de nuit orageuse« . Propos recueillis par Hélène Rochette, le 30/03/2012. []
  6. Cf. le colloque Le Moyen Âge en Jeu (2008) organisé par le LAPRIL, Laboratoire Pluridisciplinaire de Recherche sur l’Imaginaire appliquée à la littérature. Le volume définitif des actes du colloque est paru dans le n°86 de la revue Eidôlon, fin 2009. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *