Journée scientifique “Sic & Histoire” du 8 novembre 2013

Cloitre
Capture écran de la visite virtuelle du cloître de la cathédrale de Bordeaux détruit entre 1860 et 1875. © Axyz, Aliénor, SRPI Aquitaine, 2009.

Le vendredi 8 novembre, la première journée scientifique du réseau Sic&Histoire aura lieu à Toulouse et proposera de débattre sur la notion de document et ses dérivés (donnée, archive, source, matériaux de travail…). Cette approche documentologique de l’histoire permettra  d’interroger le concept de document, concept commun aux SIC et à l’Histoire, mais pourtant utilisé ou pensé différemment.

Aujourd’hui l’écrit (volumen, codex, écrit d’écran) n’est plus la seule source documentaire pour l’histoire. Les historiens, les historiens de l’art, les archéologues considèrent depuis longtemps comme document tout ce qui a été légué par le passé. Des tableaux, des images, des monuments, des objets, etc… sont des sources documentaires tout aussi fructueuses que les livres ou les actes officiels manuscrits ou imprimés. Ces derniers sont par ailleurs réinterrogés avec des grilles d’analyse nouvelles qui font la part belle au numérique et croisent les préoccupations des sociologues, des informaticiens et des gestionnaires de l’information. Les programmes de numérisation des données historiques (archives) et iconographiques (musées) obligent par ailleurs les professionnels du passé et des documents à renouveler leurs approches théoriques et méthodologiques. Qu’appelle-t-on document aujourd’hui en histoire et en sic ?

D’un côté en Histoire, le document qui semble être une évidence comme matériau de base du travail d’analyse, est souvent évoqué au travers d’autres notions comme celles de trace, d’archive, de donnée ou de source. Cette notion de document parait alors tellement évidente qu’on ne ressent pas forcément le besoin de la définir ou de l’expliquer. Si la notion n’est pas définie pour elle-même, en revanche, par la description de ses usages et de ses enjeux, une explication en creux se fait jour par l’évocation de typologies ou par les méthodes d’analyse (critique externe et interne mais aussi par des projets actuels d’analyse informatique des données).

En SIC au contraire on réfléchit à la définition de ces notions et particulièrement à celle de document qui est travaillée par les professionnels de l’information (bibliothécaires, archivistes, documentalistes) mais aussi par des chercheurs universitaires qui cherchent à comprendre la complexité des supports et la multiplicité des représentations qui se construisent dans la manipulation de ces objets médiateurs et de ces artefacts documentaires qui permettent la circulation des savoirs. Les typologies élaborées (documents primaires ou secondaires, documents par intention ou par attribution, etc…), les méthodes employées (analyse de discours, enquêtes statistiques, etc…) et les problématiques proposées (hybridation, circulation des savoirs, médiation, vulgarisation, etc…) construisent peu à peu une théorie du document.

Entre matériau de base et objet d’étude, le document sera interrogé de manière plurielle et contradictoire, dans une perspective interdisciplinaire qui consistera à la fois à interroger l’apport de l’analyse historique à la construction de concepts et notions de SIC (donnée, information, document…) et inversement, à observer ce qu’apportent les Sciences de l’information et de la communication à la définition des matériaux de l’Histoire (archives, sources, documents…).

A l’occasion de cette journée, organisée conjointement avec Julie Deramond et Patrick Fraysse, je présenterai une communication intitulée :

Permanence et modifications des formes de documentation patrimoniale : circulation d’un monument médiéval entre le XIXe et le XXe siècle.
Depuis le XIXe siècle, les cathédrales ne sont plus envisagées comme de simples lieux de culte mais sont également pensées en termes de monuments historiques et, plus récemment, de sites patrimoniaux proposant à un public de plus en plus large des expériences de visite. Traces tangibles du passé qui s’élèvent au cœur des villes, ces dernières constituent un ensemble documentaire complexe qui est donc soumis à l’interprétation et dont de nombreuses représentations circulent au sein de l’espace public. La cathédrale Saint-André de Bordeaux, édifice gothique particulièrement hétérogène, nous donne notamment l’occasion d’observer l’évolution des politiques patrimoniales sur plus d’un siècle en analysant les usages documentaires que font de ce monument les différents acteurs du patrimoine. Des copies des statues du portail royal effectuées au XIXe siècle pour restaurer le portail central de Notre-Dame de Paris à la récente restitution virtuelle du cloître médiéval détruit aux environs de 1875, cet exemple particulier permet de questionner la circulation de ce document-monument en suivant les informations extraites et les processus de communication mis en place par les historiens-archéologues.


Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *