De la porosité entre industries culturelles et sciences historiques (suite)

Florence
Florence à la Renaissance vue par Ubisoft. © Ubisoft, 2009-2010.

Dans la continuité d’un précédent billet, un signalement qui continue à alimenter mes réflexions concernant ce mouvement de reconnaissance intellectuelle1 et institutionnelle2 du jeu vidéo à décors historiques.

Le 08 janvier dernier, France 3 a en effet diffusé un nouvel épisode de l’émission « L’ombre d’un doute » exploitant de nouvelles images de synthèse extraites du jeu Assassin’s Creed qui se déroule en partie dans la Florence de la Renaissance. 

Première remarque ; alors que je travaille actuellement sur un programme de recherche portant sur le patrimoine virtuel et les dispositifs de médiation numérique, ayant pour objets particuliers deux cathédrales d’Aquitaine, ces images m’ont été signalées par deux professionnels des Monuments Historiques de la DRAC comme  étant extrêmement intéressantes d’un point de vue pédagogique, notamment pour comprendre la construction du Dôme. Cette remarque est certes anecdotique, mais elle a l’avantage de montrer, même empiriquement, que les images de synthèse sont bel et bien entrées dans une logique de reconnaissance. Il est désormais légitime d’exploiter des représentations infographiques dans un contexte de médiation.

Au delà de la question récurrente réalité vs fiction, qui à mon sens n’aide pas à la compréhension des usages médiatiques de l’Histoire et du patrimoine, une seconde remarque émerge3Ainsi, comment ne pas s’interroger sur le rôle des images dans le choix des sujets abordés. Les médias, et la télévision en particulier, sont en effet en permanence à la recherche d’iconographie permettant d’illustrer des sujets plus ou moins abstraits. On peut dès lors se demander si ce n’est pas la réserve de restitutions u-chroniques dont  dispose Ubisoft qui conduit les producteurs de cette émission vers tel ou tel thème historique.

Dans cet univers multimédiatique, dans quelle mesure les images ont-elles acquis une valeur prescriptive ? La question est bien vaste4… Mais ce qui semble d’ores et déjà certain, c’est que pour séduire le plus grand nombre, les jeux vidéos ont besoin d’évoluer dans des décors mythiques qui font appel à tout un univers plus ou moins imaginaire ; la représentation du passé qu’ils véhiculent est à tout le moins celle des grandes villes, des grands hommes et autres complots, une histoire mythologique bien loin de celle qu’étudient les spécialistes.

  1. Le jeux vidéos font en effet de plus en plus l’objet d’articles scientifiques. On pourra par exemple consulter : Thomas Rabino, « Jeux vidéo et Histoire« , Le débatn° 177, 2013/5, pp. 110-116. []
  2. Certaines utilisations du jeu vidéo dans l’apprentissage de l’Histoire par des professeurs est à cet égard révélateur d’un changement de regard. Le même finalement qui a vu, dans les années 1980, apparaître la bande dessinée historique comme support de cours ; La bande dessinée peut-elle être pédagogique?  []
  3. D’autant plus que comme le souligne Thoma Rabino, nous ne sommes plus ici face à de simples évocations, la démarche restitutive se fait plus précise : « Assassin’s Creed plongeait en 2007 plus de huit millions d’adeptes du jeu d’aventures au coeur de la Terre sainte, visée par la troisième croisade entre 1189 et 1192. Couronné en 2012 du prix Historia pour le « réalisme saisissant » de sa « modélisation de Constantinople », Assassin’s Creed : Revelations a, comme les deux premiers épisodes, profité des connaissances de Maxime Durand, jeune historien recruté par le studio français Ubisoft avant la fin de son cursus universitaire.« , Thomas Rabino, « Jeux vidéo et Histoire », Le débat, n° 177, 2013/5, p. 113. []
  4. Je renvoie à Culture Visuelle qui questionne très régulièrement l’usage des images par la presse d’actualité. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une réflexion au sujet de « De la porosité entre industries culturelles et sciences historiques (suite) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *