La librairie virtuelle de Montaigne, ou l’investissement de la matérialité dans les bibliothèques numériques

Restitution de la librairie de Montaigne, Crédits <a href="http://archeovision.cnrs.fr/plugins/kitcnrs/diapo_affiche.php?projet=MONTAIGNE" target="_blank">Archéovision</a>, 2005.
Restitution de la librairie de Montaigne, Crédits Archéovision, 2005.

Travailler sur la numérisation et la mise en ligne des textes de presse de François Mauriac oblige à se poser la question de leur diffusion et donc de la forme à venir de ces « écrits d’écran ». Au delà des questions d’ordre technique1 ou scientifique2, demeurent des interrogations sur les relations qu’entretiennent l’article publié dans un journal à un temps T et son fac-similé numérique3. Plus largement même, cette seconde documentarisation redéfinit le rapport entre le fragment numérique et l’oeuvre patrimoniale de l’écrivain. De nombreux chercheurs travaillent sur le statut du document numérique et, conséquemment, de nombreux écrits existent sur la littérature augmentée permise par l’action combinée de la numérisation et de la diffusion en ligne d’œuvres littéraires4.

La réflexion que j’expose ici témoigne quant à elle d’une approche « monumentale » de ces objets complexes que sont les bibliothèques virtuelles. Comme le soulignait récemment Louise Merzeau5, ces espaces numériques bien tangibles doivent en effet être aujourd’hui réfléchis à l’aune de la notion d’environnement. Si le concept de virtuel reste à mon sens riche pour analyser ces systèmes actualisables, la numérisation de masse du patrimoine documentaire voulue par les pouvoirs publics oblige en effet à créer des écosystèmes de connaissances bien réels, pertinents, intuitifs et visant un large spectre d’usagers.

Relevant en partie du design numérique6, cette mise en espace de contenus littéraires s’accompagne d’une réflexion complexe sur l’éditorialisation et la manipulation de ressources. Or, les établissements culturels gardiens de la mémoire collective (archives, bibliothèques, musées, monuments, etc.) possèdent une importante expérience en terme d’exposition et de valorisation patrimoniale qui influe inévitablement sur la forme de ces « médiations numériques ». Ainsi, les médiations culturelles mises en place par ces structures – visites et parcours pédagogiques par exemple – s’hybrident parfois avec l’exploitation de ressources numériques proposant de facto de nouveaux services ou de nouveaux cadres d’apprentissage ; je pense ici notamment à l’édition numérique « Le roman des Morand » réalisée par Anne Verjus, chargée de recherche au CNRS – laboratoire Triangle et Corinne Manchio, doctorante à l’Ens de Lyon, en partenariat avec les Archives Municipales de Lyon dans le cadre de l’exposition « En toutes lettres… Lyon, 1760-1815 Correspondances privées » qui s’est tenue du 4 avril au 1er décembre 2012.

L’exploitation de ces documents numériques se déploie donc tant sur des espaces physiques, tels que les écrans d’ordinateurs, les smartphones ou encore les tablettes tactiles, qu’au sein de partenariats et de politiques structurelles tel que le programme des « Bibliothèques Virtuelles Humanistes« . Or, un de ces programmes, le projet MONLOE (« MONtaigne à l’Œuvre », 2013–2015), permet de mesurer le pouvoir de suggestion du livre dans ce monde où les Cassandre prédisent sa disparition7. Programme de recherche d’édition numérique retenu par l’ANR, une des particularités de ce projet aux ramifications internationales est en effet d’envisager le regroupement d’un vaste corpus documentaire8 accessible à partir d’une plateforme éditoriale qui prévoit notamment la restitution de la bibliothèque de Montaigne en images de synthèse.

Capture écran de la consultation proposée actuellement pour le fac-similé du <a href="http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/consult.asp?numtable=B315556101_RD16_0006&amp;numfiche=1137&amp;mode=1&amp;ecran=0&amp;index=5" target="_blank">De re rustica libri</a>, crédit Bibliothèque municipale de Toulouse, 2014.
Capture écran de la consultation proposée actuellement pour le fac-similé du De re rustica libri, crédit Bibliothèque municipale de Toulouse, 2014.

 

A partir d’une première restitution du château de Montaigne dans son état d’avant 1850 réalisée par Robert Vergnieux et Pascal Mora (Archéovision) sous l’égide d’Anne-Marie Cocula  et d’Alain Legros, la renaissance de la « librairie » de l’écrivain9, avec ses inscriptions grecques et latines peintes au plafond, serait ici réutilisée dans une démarche inédite de création d’une « maison d’écrivain » virtuelle10 présentant une collection patrimoniale plus riche que celle dont dispose la véritable tour qui s’élève encore aujourd’hui aux frontières de la Gironde et de la Dordogne. Une restitution hypothétique de la disposition des livres sur les étagères11 permettrait alors à l’internaute de déambuler au milieu des rayonnages et d’accéder par un simple lien aux fac-similés numériques des ouvrages autrefois possédés par Montaigne et dont quelques-uns sont aujourd’hui en ligne.

Si l’expérience de la réalité virtuelle sur Internet, où notre corps précède finalement notre vision, peut être pensée comme un véritable « vécu éphémère »12, comment assurer une appropriation durable de ce lieux de mémoire virtuel ? En mimant les mécanismes corporels qui interviennent lors d’une visite dans un environnement tangible, cette bibliothèque virtuelle cherche dans tous les cas à dépasser le simple stockage de contenus patrimoniaux pour assurer une mémorisation sensible du lieu de vie et de travail de Montaigne. Du point de vue intellectuel, l’aboutissement de ce projet représenterait un document monumentaire complexe où monuments et documents s’interpénétreraient pour former une nouvelle uchronie. Or, les études en SIC pointent l’intérêt et l’apport des médiations présencielles dans les processus d’appropriation patrimoniaux. La médiation, qu’elle soit numérique ou analogique, n’est semble-t-il « que » contenue en puissance dans les dispositifs de traduction proposés au public et suppose donc d’être activée – actualisée – pour fonctionner…

Pour citer cet article : Jessica Fèvres - de Bideran, "La librairie virtuelle de Montaigne, ou l’investissement de la matérialité dans les bibliothèques numériques," in L'âge du Virtuel, 25/09/2014, http://lageduvirtuel.hypotheses.org/983.
  1. Choix de la plateforme, formats de numérisation, transcription en TEI, etc. []
  2. Taille du corpus, construction de thésaurus pour l’alimentation des métadonnées, éditorialisation, etc. []
  3. Selon l’étymologie du terme fac-similé, c’est-à-dire quelque chose – le document second ou le fichier pdf de l’article en question – matériellement semblable à la page de l’article – le document premier ou l’archive pour les historiens – littéralement posé sur l’écran de l’ordinateur. []
  4. Sans aucunement viser l’exhaustivité, je pense notamment à Jean Clément, Jean-Michel Salaün, Christian Vandendorpe, Emmanuel Souchier, Yves Jeanneret, etc. []
  5. Merzeau Louise, 2014, Mémoire numérique : entre éditorialisation et grammatisation, Les cahiers de la SFSIC, n°10, 56-65. []
  6. Vial Stéphane, 2013, L’être et l’écran, comment le numérique change la perception, Préface de Pierre Lévy, Paris, PUF. []
  7. Yves Jeanneret a par ailleurs parfaitement montré le pouvoir de suggestion du papier dans nos environnements numériques ; songeons simplement au « feuilletage » des revues sur tablettes tactiles. Cf. Jeanneret Yves, 2007, Les semblants du papier : l’investissement des objets comme travail de la mémoire sémiotique, Communication et langages, [En ligne], n°153, 79-94. []
  8. Les principales éditions des Essais, l’édition « archéologique » de l’exemplaire dit « de Bordeaux » (1588, avec les additions autographes), tous les ouvrages portant la signature de Montaigne conservés dans les différentes bibliothèques publiques et privées, et une sélection d’ouvrages dont on peut considérer qu’ils constituent des sources majeures des Essais. []
  9. Cocula Anne-Marie, 2011, Les Essais de Montaigne, une édition en mouvement, Nouveaux Cahiers François Mauriac, n°19, 15-26. []
  10. La problématique des « maisons d’écrivain » et de leurs collections patrimoniales est particulièrement importante pour le programme « Mauriac en ligne » puisque celui-ci se fait en étroite collaboration avec Malagar, la maison girondine de Mauriac gérée par la Région Aquitaine. Un programme de numérisation des collections mauriaciennes conservées par cet établissement (agendas, photographies, manuscrits, correspondances, etc. ) est actuellement en cours de réflexion. []
  11. Possible selon les spécialistes, et notamment selon Alain Legros, à partir des inscriptions qui restent sur les tranches ou les dos, peut-être autographes, des ouvrages. []
  12. Bouldoires Alain, 2005, Réalités virtuelles et corporéité, Études de communication, [En ligne], n°28, mis en ligne le 16 janvier 2009, consulté le 14 septembre 2014. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *