Lyon restitué, un patrimoine virtuel entre utopie et uchronie (Edit)

fenetres
Divers modèles de fenêtres que l’on pouvait rencontrer à Lyon en 1700 selon le projet « Lyon en 1700 », © Lyon 1700, 2013.

Si, avec la démocratisation des logiciels de modélisation tridimensionnelle, les tentatives institutionnelles et personnelles de restitution urbaine se multiplient1, le projet « Lyon 1700 » se démarque à plus d’un titre. Hormis la qualité de la communication qui entoure ce travail, il convient en effet de souligner le soucis du détail et la valeur des recherches historiques qui accompagnent la réalisation de cette ville virtuelle. Selon une démarche désintéressée qui caractérise le travail de ces passionnés, cet objet culturel possède d’autre part une valeur encyclopédique. Il s’agit bien ici de restituer de manière exhaustive la ville entre la place Bellecour et la place des Terreaux, avec un traitement individuel de chaque immeuble, pour le plaisir de l’histoire, du patrimoine et plus généralement du savoir. L’attrait pour les images de synthèse et les technologies numériques joue également un rôle important dans la motivation des auteurs, ces derniers manifestant le désir de transformer cet objet intellectuel en outil à vocation didactique, en expliquant notamment comment fonctionne la restitution monumentale, ou muséographique en soulignant que tous les modèles construits pourront à terme être exploités dans le cadre d’applications multimédia. Le désir de transparence des réalisateurs, qui citent avec rigueur l’ensemble des sources utilisées, révèle enfin combien les amateurs, pris ici dans le sens positif de ce terme qu’en donne notamment Patrice Flichy à l’heure des passions numériques2, reprennent aujourd’hui les codes des experts, et donc ici des historiens et autres archéologues institutionnels.

Des documents sources aux documents numériques

C’est un fait désormais bien connu, pour qu’il y ait patrimonialisation d’un objet historique, l’accumulation de documentation scientifique est un préalable indispensable. Cette documentation n’a d’autre objectif que de « rétablir une continuité entre nous et ce monde d’origine » auquel appartient l’objet dont il est question3. C’est dans cet objectif de médiation documentaire qu’est reconstruite la ville de Lyon en 1700, comme me l’a notamment précisé Fabrice Pothier, le président de l’association : « L’idée est à terme de valoriser le patrimoine documentaire avec un site internet proposant une visite virtuelle en lien avec des documents des archives municipales, départementales, de la bibliothèque municipale et du musée historique Gadagne, et de valoriser le patrimoine bâti avec une application en réalité augmentée à peu près comparable à celle développée à Cluny ou à Bordeaux« . De fait, ici la documentation ne renseigne pas seulement un patrimoine existant, c’est-à-dire la ville de Lyon, mais en produit purement et simplement un nouveau, un patrimoine invisible et inédit qui n’existe que par sa mise en ligne sur Internet. Cette nouvelle ville numérique est composée d’un ensemble de monuments virtuels simulés informatiquement et actualisant les données historiques connues à ce jour immeuble par immeuble. Autrement dit, et suivant en cela les réflexions développées par Patrick Fraysse, la documentation patrimoniale se voit aujourd’hui « monumentaliser » par toute une série de transformations et de circulations info-communicationnelles auxquelles participent activement les amateurs de patrimoine. Dès lors, et parce le patrimoine réunit des monuments anciens comme des monuments historiques et commémoratifs4, de quelle mémoire se pare ce patrimoine virtuel ?

ilot32b1
Exemple de fiches sources proposées par le projet « Lyon en 1700 ».

Un patrimoine virtuel utopique et uchronique ?

Le patrimoine virtuel ainsi créé, sorte de document numérique second par rapport à la documentation historique disponible, est composé d’une multitude de monuments synthèses, c’est-à-dire synthétisant les données scientifiques connues à ce jour. Produit pas simulation, sa principale fonction est de médiatiser un patrimoine écrit et iconographique tout en l’actualisant. Il se déploie au sein d’un espace numérique et appartient à un temps hybride, mélange de réel et de fiction historique, indispensable dans ce type de réalisation. C’est ainsi que se mêlent immeubles « réels », connus par les ressources documentaires ou encore en élévation, et immeubles « types », c’est-à-dire disparus et dont aucune représentation n’est disponible, et donc modélisés en suivant les traditions architecturales de la ville de Lyon vers 1700. Les rues ainsi représentées donnent à voir une façade qui n’a sans doute jamais existé et qui pour autant fournit une « juste » vision, une représentation idéale d’un non-lieu dans un non-temps. Le patrimoine virtuel n’est-il pas basé dès lors sur le principe de l’uchronie5. Genre littéraire qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire, l’uchronie crée des époques fictives et des évocations temporelles imaginaires. En donnant à la ville de Lyon en 1700 l’apparence abstraite de l’éternité, cette création, pure spéculation intellectuelle6, s’inscrit dans l’utopie patrimoniale qui aplatie la chronologie en forgeant des lieux hors du temps où le passé se voit sans cesse réactualisé par le présent. Or, originellement l’uchronie possède une  dimension apocryphe, c’est-à-dire qu’elle n’appartient pas au canon édicté par la science historique ; cette ambiguïté n’expliquerait-elle pas la réception parfois mitigée des monuments virtuels, et par extension des diverse formes de médiation patrimoniale, par les experts ? L’objet patrimoine ébranle en effet la croyance en une histoire qui ne ferait jamais oeuvre de fiction, une histoire « canonique », scientifique et objective…

pelu2
Carrefour du puits Pelu selon le projet « Lyon en 1700 ».

Bien que le concept d’uchronie appliqué au patrimoine mérite d’être approfondi, il convient d’ores et déjà de conclure que l’utopie patrimoniale des monuments virtuels qui tentent de lutter contre l’effacement des signes7 historiques appartient bien à l’humanisme contemporain forgé par les technologies de l’information « d’avantage portée sur le temps que sur l’espace, […], à la recherche d’une écologie du temps.8 »

EDIT : En complément de mes propos précédents concernant la scientificité de ce travail « d’amateurs », toujours pris ici dans le sens noble de ce mot c’est-à-dire de passionnés, voici les journaux de recherche – ou en langage d’historien, la liste des sources exploitées et rendue publique par l’équipe de Lyon en 1700.

Pour citer cet article : Jessica Fèvres - de Bideran, "Lyon restitué, un patrimoine virtuel entre utopie et uchronie (Edit)," in L'âge du Virtuel, 17/11/2013, https://lageduvirtuel.hypotheses.org/715.
  1. On pourra se référer notamment au forum Cadomus qui en propose un premier inventaire. []
  2. Patrice Flichy, Le sacre de l’amateur : sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris : Seuil, 2010. []
  3. Jean Davallon, « Comment se fabrique le patrimoine ? »,  Sciences humaines, hors-série n° 36, 2002, pp. 74-77. []
  4. Aloïs Riegl, « Le culte moderne des monuments », Socio-anthropologie, n°9, 2001. []
  5. « Uchronie » est un néologisme du XIXe siècle fondé sur le modèle d’utopie, avec un « u » négatif et « chronos », le temps ; étymologiquement, le mot désigne donc un « non-temps », un temps qui n’existe pas. []
  6. D’après Denis Guiot, le terme uchronie « est apparu pour la première fois en 1857, dans la Revue philosophique et religieuse, sous la plume du philosophe Charles Renouvier. En forgeant, pour désigner ce qui n’appartient à aucun temps, le mot uchronie sur le modèle du mot utopie (du grec ou, non, et topos, lieu), Renouvier voulait insister sur le fait que l’uchronie ne peut qu’appartenir au champ de la pure spéculation intellectuelle. D’ailleurs, l’intitulé exact de son livre, paru en librairie en 1876, est on ne peut plus clair : Uchronie (Utopie dans l’Histoire). Esquisse historique apocryphe du développement de la civilisation européenne tel qu’il n’a pas été, tel qu’il aurait pu être. » Guiot Denis, « Uchronie, science-fiction », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2013. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/uchronie-science-fiction []
  7. Au sens sémiotique. []
  8. Reber Bernard, « Utopies critiques du temps-monde », Quaderni, n°41, 2000, p. 144. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *