Le concept d’uchronie est-il applicable au patrimoine ?

Construction de Notre-Dame de Paris, représentation hypothètique du chantier en 1208. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013.
Construction de Notre-Dame de Paris, représentation hypothétique du chantier en 1208. © Modélisation Laurence Stefanon, 2013.

Depuis quelques semaines maintenant le travail de restitution infographique de Notre-Dame de Paris effectué par Laurence Stefanon sous la direction de Dany Sandron et Andrew Tallon fait l’objet d’une exposition au sein du déambulatoire de ce célèbre monument.
Cet événement est le support idéal pour une réflexion plus générale sur les représentations contemporaines du patrimoine qui me permet de poursuivre mes récentes réflexions sur le concept d’uchronie1. Cette mise en scène infographique de neufs siècles d’évolution architecturale propose à la dizaine de millions de visiteurs annuels un récit où se confronte plusieurs chronologies et plusieurs discours, processus désormais récurrent des pratiques culturelles et touristiques. Interroger les représentations des chronologies patrimoniales nous ramène donc à l’uchronie. Du point de vue terminologique l’uchronie, littéralement « ce qui n’a pas de temps », consiste en une « Histoire refaite en pensée telle qu’elle aurait pu être et qu’elle n’a pas été »2.

Les monuments virtuels comme des machine à remonter le temps

Les nombreux programmes de restitution infographique qui animent la communauté scientifique illustrent parfaitement cette définition. C’est ainsi notamment que Frédéric Kaplan, qui dirige le programme « Venice Time Machine » présente ce vaste chantier intellectuel : « … au final, il ne s’agit pas tant de reconstruire le passé véritable que d’explorer l’espace des Venises possibles, un espace toujours re-sculpté par les nouvelles découvertes historiques, un espace trop grand pour tenir dans la tête d’un seul chercheur, mais que l’informatique peut nous aider à cartographier ensemble.«  Véritable programme d’Humanités Digitales, ce défi scientifique énonce donc dans son titre même le thème de la machine à remonter le temps, dispositif fondateur et récurrent de l’uchronie. Le patrimoine virtuel, un patrimoine des possibles donc, instaure par conséquent une évocation du temps, mais aussi et tout logiquement de l’espace qui évolue inévitablement différemment selon les changements qui impactent la durée chronologique ; utopie et uchronie paraissent de fait s’hybrider pour fonder un récit patrimonial complexe.

Photographie publiée dans la journal Sud-Ouest le 11 mai 2010 et illustrant un article intitulé "La machine à remonter le temps est née" présentant un programme de visite en réalité augmentée. © Photo Laurent Theillet, 2010.
Photographie publiée dans la journal Sud-Ouest le 11 mai 2010 et illustrant un article intitulé « La machine à remonter le temps est née » présentant un programme de visite en réalité augmentée. © Photo Laurent Theillet, 2010.

Le patrimoine comme point de divergence historique ?

Il me semble donc pertinent de classer les monuments virtuels dans cette catégorie de récits, puisque malgré toute la rigueur scientifique qui accompagne ces modélisations infographiques, ces dernières n’en demeurent pas moins des représentations d’une réalité passée qui n’a jamais existé précisément dans cet état3, mais qu’en est-il plus généralement du patrimoine dans son ensemble ? Cette question de temporalité des institutions culturelles conservant notre mémoire est notamment abordé par Bernard Deloche dans un court ouvrage disséquant la mythologie des musées qui sont4, selon lui, des lieux ucrhoniques justement parce qu’ils créent une pseudo chronologie qui s’étire dans l’espace, un espace qui « vise à nous faire échapper à l’histoire pour fonder une stabilité intemporelle et pérenne » (Deloche 2010, 53).

Vue en coupe  de Notre-Dame de Paris en 1350. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013.
Vue en coupe de Notre-Dame de Paris en 1350. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013. 

Cette dernière affirmation est bien sûr également applicable aux sites patrimoniaux qui constituent des emplacements réels et absolument autres, des « ailleurs » sacrés par notre société contemporaine car représentant des espaces privilégiés pour accéder à notre histoire et aux hommes du passé. La chronologie y subit alors une distorsion :

– d’un côté le monument est « cristallisé », pour employer un terme propre à l’univers de la restauration, dans un état supposé historique, idéalement l’état du site où celui-ci a cessé d’avoir un usage précis pour être patrimonialisé ;

– de l’autre, l’inscription et le fonctionnement de ce site désormais historique au sein de la société évolue inévitablement selon l’époque et la culture.

Contrairement en effet à ce qu’affirme Bernard Deloche au sujet des musées, ces institutions gardiennes de notre mémoire que sont les monuments historiques sont loin d’être coupées du présent et par conséquent inadaptées au monde contemporain. Cette exposition de monuments virtuels – de cathédrales numériques – au sein du déambulatoire de Notre-Dame prouve à quel point cet espace est loin d’être figé historiquement ; lieux de culte, monuments historiques en restauration, sites patrimoniaux proposant à un public de plus en plus large des expériences de visite, autant de processus d’appropriation auxquels sont soumis ces édifices religieux hérités du Moyen Age.

Vue en coupe actuelle de Notre-Dame de Paris. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013.
Vue en coupe actuelle de Notre-Dame de Paris. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013. 

Si au sein des monuments historiques la chronologie se dédouble, se tord en créant finalement un récit intemporel (ou atemporel ?), le concept d’uchronie est-il toujours valable pour analyser le patrimoine ? En littérature, où ce principe est notamment appliqué dans le riche domaine de la Science Fiction, l’uchronie est un récit qui réinvente et réécrit l’histoire sur la base d’un point de divergence.  L’uchronie est donc aux antipodes du temps historique long, celui de Fernand Braudel par exemple, puisqu’elle place un événement fondateur comme source du récit, comme point d’origine d’une nouvelle histoire. Quel serait dès lors le point de divergence qui construit le patrimoine ? A première vue, le point de divergence est ce moment où le regard de la société sur l’objet est réorienté et donc où celui-ci se voir patrimonialisé (Davallon5 2006). Mais à partir de ce mouvement, et contrairement à un récit uchonique classique, le patrimoine ne connait pas dès lors une évolution chronologique détachée du temps présent, parallèle et autre. Au contraire, et ces expériences actuelles de valorisation le prouvent, coexistent dès lors deux temporalités : un temps passé figé et un temps contemporain événementiel. N’est-ce pas finalement dans cette confrontation des temporalités, celle de la conservation et celle de la médiation, celle du patrimoine et celle du patrimoine virtuel ici, que se concrétise l’uchronie qui se manifeste dans « l’espoir d’avoir tout à la fois : la modernité d’un « concept » révolutionnaire et la pérennité d’un objet patrimonial » (Jeanneret6 2007, 86) ?

Pour citer cet article : Jessica Fèvres - de Bideran, "Le concept d’uchronie est-il applicable au patrimoine ?," in L'âge du Virtuel, 08/07/2014, http://lageduvirtuel.hypotheses.org/841.
  1. Signalons qu’en littérature, l’ouvrage de référence sur l’uchronie est l’ouvrage d’Eric B. Henriet, L’Histoire revisitée, Paris : Les Belles Lettres, réédition revisitée, 2004. []
  2. Article « Uchronie« , d’après le CNRTL. []
  3. A cet égard, on pourra consulter la récente étude de Julien Lalu sur la représentation de la Première Guerre Mondiale dans les jeux vidéo sur le site du Centenaire 14-18 : Représenter la première Guerre Mondiale dans les jeux-vidéo entre absence et uchronie, mai 2014. []
  4. Bernard Deloche, Mythologie du musée, Paris : Le cavalier Bleu. On pourra en lire une critique ici. []
  5. Jean Davallon, Le Don du patrimoine : Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris : Hermes-Lavoisier, 2006. []
  6. Yves Jeanneret, Les semblants du papier : l’investissement des objets comme travail de la mémoire sémiotique, Communication & langages, 153,  2007 : 79-94. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l’université Bordeaux Montaigne et est membre de l’équipe MICS du LERASS de l’université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)…

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

3 réflexions sur « Le concept d’uchronie est-il applicable au patrimoine ? »

  1. L’uchronie semble un concept vraiment pertinent pour l’analyse et la compréhension du patrimoine et des diverses temporalités évoquées dans les discours de médiation. Le figement du temps patrimonial ne rejoint-il pas alors le document (monument ?) par attribution, mobilisable à réception, depuis le présent ?
    L’uchronie évoquée dans ce billet est différente de celle des historiens et du point de divergence (que ce serait-il passé si…?). C’est une autre manière de concevoir le temps, non pour le « remonter » mais pour le comprendre depuis le présent, dans une « filiation inversée ». Belle ambition !
    Un grand merci pour ces magnifiques images de Laurence Stéfanon !

    1. Bonjour Patrick et merci pour ton commentaire. C’est effectivement une piste intéressante la confrontation entre nos monument historiques et le document par attribution de Meyriat… Quant à ta dernière remarque, c’est juste : l’uchronie telle que je l’envisage ici s’illustre parfaitement dans l’idée de « filiation inversée » mais je pense que cette histoire de point de divergence reste à creuser !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *